De la Bioxoïde

12345678987654321 est le produit de 111111111 * 111111111

Qui est Simon Simonini?

with one comment

L’auteur du célèbrissime « Le Nom de la rose » 16 millions d’exemplaires. Professeur émérite depuis 2008 et titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l’École supérieure des sciences humaines à l’Université de Bologne. Umberto Eco dont la sortie de son dernier roman, « Le Cimetière de Prague » traduit de l’italien par Jean-Noël Schifano chez Grasset, sorti le 23 mars 2011 en librairie en France est accusé d’antisémitisme involontaire

Rien qu’en Italie, « Le Cimetière de Prague » a déjà dépassé 650 000 exemplaires en deux mois et a suscité une polémique car Umberto ECO joue à un jeu dangereux sciemment en jonglant avec les clichés antisémites. Ce savant pragmatique a répondu à tous ces détracteurs sur l’ambiguïté portant sur le caractère de son personnage principale Simon Simonini qui est un raciste odieux et un jouisseur presque sympathique.

«Le message sonne ambigu, » dit Riccardo Di Segni, rabbin de Rome. L’historien Lucetta Scaraffia en l’Osservatore Romano, journal du vatican dit qu’il n’est pas possible de dénoncer l’antisémitisme dans la peau d’un antisémite et dit « La reconstruction du mal sans condamnation, sans héros positifs, acquiert une apparence de voyeurisme amoral ». Ensuite l’historien juif Anna Foa explique: « Si les hérétiques pouvaient profiter avec les sorcières du nom de la rose, nous pouvons le faire avec l’innocence de même avec la classe de constructions qui a alimenté les folies d’Hitler? »..

Toute cette controverse à conduit Umberto Eco à répondre « Je m’intéresse à raconter comment grâce à l’accumulation de ces stéréotypes ont été construits les protocoles des sages de Sion», a déclaré. « Mon intention était de donner au lecteur un coup de poing dans l’estomac, » conclut-il.

Simon Simonini élevé dès l’enfance au mépris des Juifs et des femmes, formé à la servilité envers le pouvoir et aveuglé par son amertume personnelle dont il est conscient qu’il ne peut rien faire contre son éducation. Fausaire, espion assassin… Simon Simonini livre ses confessions dans un journal. Un personnage plein de haine qui déteste les jésuites, les juifs et les francs-maçons tout ce qui selon lui veulent dominer le monde et Umberto Eco en fait l’auteur du faux « Protocoles des sages de Sion ».

La paranoïa nauséabonde du complot est omniprésente sur internet et la folie n’écoute que ce qu’elle veut entendre. Il est souhaitable que cette polémique s’invite dans les médias afin de traiter à la racine le problème de toute cette propagande à l’image des « Protocoles des sages de Sion » qui publié à grande échelle pour faire croire au « complot juif » fut notamment repris par Adolf Hitler comme pièce maîtresse de la propagande antisémite du Troisième Reich.

Combien de futur Simon Simoni dans notre jeunesse? Les « enfants d’internet » tout comme les « enfants de la télé » émettent tellement de difficultés à distinguer le virtuel du réel, le faux du vrai, l’histoire des révisionnistes… que l’on peut se demander si la menace totalitaire du Nouvel Ordre Mondial ne serait pas moins dangereuse que l’inconscient collectif alimenté par les théories du complot.

Lien vers d’autres textes

Publicités

Written by Voda

24 mars 2011 à 9 h 12 min

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] surprise, Umberto Eco le présente comme l’auteur des Protocoles des Sages de Sion. L’intention de l’écrivain est de montrer « comment, grâce à l’accumulation de ces stéréotypes, ont été […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :